Le gouvernement de Thaïlande compte serrer encore plus la vis aux utilisateurs de cryptomonnaies. L’accès aux plateformes d’échange se fera ainsi via une vérification en personne, avec carte d’identité

En Thaïlande, de nouvelles mesures qui visent les exchanges
Alors que les cryptomonnaies s’invitent de plus en plus dans les débats publics, certains gouvernements ne voient pas d’un bon œil l’utilisation de plateformes d’échange. C’est le cas en Thaïlande, où le Bureau anti-blanchiment d’argent a décidé d’imposer des mesures de vérification d’identité particulièrement strictes pour les exchanges.

Comme le rapporte le Bangkok Post, pour s’inscrire sur une plateforme d’échange, un utilisateur devra se présenter en personne afin de procéder à un « dip-chip », c’est-à-dire scanner physiquement une puce sur sa carte d’identité. En plus de forcer les personnes à se déplacer, la mesure coupe effectivement l’accès aux étrangers, ces derniers ne disposant pas de carte d’identité. La mesure prendra effet en juillet prochain, et elle est déjà particulièrement controversée.

Les cryptomonnaies et la Thaïlande
Les cryptomonnaies semblent s’être propagées rapidement en Thaïlande ces derniers mois : on compte désormais près de 700 000 comptes au niveau national, contre 160 000 à la fin de l’année 2020. Ce n’est par ailleurs pas la première fois que la Thaïlande se montre hostile au domaine des cryptomonnaies. Ces derniers mois, la SEC envisageait de limiter l’achat de Bitcoin et d’altcoins aux personnes disposant de revenus annuels dépassant 1 million de bahts.

Le gouvernement thaïlandais semble donc décidé à brider l’industrie, sans doute en parallèle du lancement de sa monnaie numérique de banque centrale : le baht numérique. Ce type de mesure pourrait cependant uniquement déplacer le nouvel afflux d’utilisateurs vers les plateformes décentralisées, qui ne nécessitent pas de mesures KYC aussi strictes.

Laisser un commentaire